Présentation et rendez-vous de la revue papier l’oiseau rouge, l’OR.

Rendez-vous le vendredi 8 avril au Belvédère

La revue l’O R

vous invite le vendredi 8 avril à 19 heures

dans un lieu aux liens humains

Le Belvédère – café concert

3 avenue Jean Jacques Rousseau-Champigny sur Marne

Echanges sur le thème du numéro 1

« Une place. Une fontaine.

Dans un urbain où l’humain a rendu l’eau souterraine, où tout est à portée de mains des consommateurs excepté l’eau et la terre, n’est-il pas dangereux de s’attacher à un territoire sans eau et sans terre ? »

Présentation pour l’appel du numéro 2 : « le Pont »

Les rubriques s’ouvrent aux auteurs et artistes sous formes multiples (article, interview, essai, poésie, nouvelle courte, photographie, dessin de presse…)

Nous souhaitons vous inviter à saisir le sens de l’O R, celui d’imaginer une réflexion autour d’un élément urbain, symbole d’un trait d’union entre deux territoires, et de l’amener vers un questionnement sur la reprise des liens aux lieux et entre humains.

Construction d’actions accompagnatrices à venir

Le lancement de la revue le 20 mars fut un rendez-vous artistique (la troupe des Z’Argumenteurs a parcouru le thème du numéro 1 par ses improvisations), convivial (collation offerte), culturel (forum ouvert avec Champigny en Transition), informatif (présentation d’Alter Marché le Kiosque), associatif (présence de Vivre pour Lire soutenant la librairie Honoré du Centre Ville de Champigny sur Marne).

Si vous souhaitez plus d’éléments, n’hésitez pas à joindre Odkali de Cayeux au 06 50 79 22 44

Qui sommes-nous ?

L’Oiseau Rouge murmure dans la tête d’Odkali de Cayeux : « utopie, utopie, mon amour ». L’idée d’amener
une réflexion ouverte sur le territoire par une mise en exergue du lien aux lieux et des liens entre humains
naît sous la forme papier. Denis Desailly, professionnel dans le graphisme, prend en main la conception de
cette revue. Claude Derhan, fin littéraire, se joint au travail de la rédaction. Les auteurs et artistes choisis
pour ce numéro un parcourent ce tissage du territoire, article et interview tracent l’identité de liens et de
lieux. Les rubriques se lient en une utopie : le lecteur rejoint par un questionnement l’acte politique sousjacent,
celui de renouer avec l’Autre par le biais de l’espace Terre.

Lancement le 20 mars 2016. Place de Coeuilly, Champigny sur Marne.

Nous souhaitions décoller en lien avec un collectif précieux, précieux par l’utopie partagée : celle d’une transition. Nous sommes à présent abrités par l’association Alter Marché le Kiosque, œuvrant à long terme pour la création d’un lieu de vie (social, solidaire et culturel) situé sur la place de Coeuilly, (Champigny sur Marne, ville de 77000 habitants). Puis, Champigny en Transition, récemment constitué, nous rejoint dans cette envie de vivre autrement et respectueusement avec notre planète. Nous portons également une reconnaissance illimitée à notre librairie de Centre Ville, la librairie Honoré soutenue par l’association Vivre pour Lire, ainsi, nous pourrons échanger sur une sélection de livres à visage humain.

Le lien ? Et bien, le lien entre humains et le lien avec la nature nous paraissaient idéal pour un premier envol de l’oiseau Rouge.

Appel numéro 2 : le Pont.

Rien ne vous oblige à vous procurer la revue, il est vrai que si vous la survoliez, je pense que vous cerneriez le fond de l’objet en lui-même. Or, nous ne sommes ni une entreprise ni une maison d’édition, seul l’ISBN fait foi de rangement dans la case revue, nous ne sommes donc pas pourvus d’un diffuseur et d’un distributeur, nous ne serons pas dans les rayons dédiés.

Où se procurer la revue ?

Donc pour l’instant, 3 solutions pour vous la procurer sont à votre disposition : celle de vous rendre à nos rendez-vous, celle de nous écrire par mail en nous indiquant le nombre d’exemplaires, revueloiseaurouge@gmail.com, ou bien celle de vous pencher sur le présentoir de la librairie Honoré, 11 rue Albert Thomas à Champigny sur Marne.

1000 exemplaires naîtront en ce 20 mars. Son tarif est de 2,50 euros, les frais d’envoi seront compris, et bien sûr, nous acceptons les dons, car nous sommes tous des bénévoles, hormis le travail de graphisme et d’impression.

Bientôt, d’autres lieux vous seront proposés, et également d’autres événements autour de cette réflexion qui entoure cet oiseau rouge planant, utopie au bec.

Présentation de la revue

Destination de l‘Oiseau Rouge, l’O R : parcourir le thème du territoire en survolant l’idée que l’objet/sujet Terre ne nous appartient pas. L’air du temps est à l’indécence des états-nations laissant crever les gens, laissant flotter une idéologie de rejet de l’Autre, il est temps de changer d’air. Reprendre main sur le territoire, l’imaginer en lieu sain et respectable, c’est aussi reconquérir le lien aux lieux.

La revue papier

La revue papier est saisonnière, au fil d’un temps non défini. Les rubriques se forment d’articles, d’images et d’écrits littéraires sous forme libre. Le numéro 1 est né le 20 mars 2016, le réseau d’artistes a posé sa pierre dans ce premier édifice libre. Le studio liens graphiques a préparé la maquette. Un thème est lancé pour le numéro 2 : le Pont.

La revue net

La revue net est un préambule à la revue papier, enrichie d’une rubrique ouverte à vos ébats créatifs.  Elle dévoile les auteurs et artistes, les présente.

Les appels

Rubrique réservée au net,  « no(wo)man’s land » est un appel ouvert sur le thème de l’édito ; elle est dédiée à vos écrits, vos témoignages, vos graphismes… nous les recevrons avec plaisir sur revueloiseaurouge@gmail.com.

Revue papier : l’appel pour le numéro 2 : le Pont.

édito numéro un

En ce numéro en devenir, se posent des rubriques sur une place où se niche une fontaine, point d’eau central capté par l’homme.

Une place.

Espace ouvert / Espace vécu.

Lieux où les sourires, les échanges d’idées, les conflits, les jeux, la convivialité opèrent. Le cœur de la citoyenneté, la tentative de vivre ensemble. Aucun horaire, lieu intemporel. Lieu semblant libertaire jusqu’au jour où s’accrochent les sites religieux, administratifs, commerçants et touristiques.

Une fontaine.

Point d’eau central / Captation par l’homme.

Fontaine, lavoir, autrefois symboles d’urbanisme et de civilisation, un lieu « commun ».

La fontaine est l’unique muraille qui n’enferme pas l’humain. Mais peut-être est-elle la première frontière invisible existante d’un territoire : chaque fontaine rassemble un groupe d’humains, à chacun son point central.

Dans un urbain où l’humain a rendu l’eau souterraine, où tout est à portée de mains des consommateurs excepté l’eau et la terre, n’est-il pas dangereux de s’attacher à un territoire sans eau et sans terre ?

« Le lien au lieu » d’Augustin Berque nous souffle quelques idées où s’y pencher rafraîchit les reflets d’une eau libre.

Odkali de Cayeux

Les rubriques

Abécédaire en terre

L’O R se penche sur cet objet dont la plus ancienne trace date de 28 siècles avant le nôtre, chez les Étrusques. Outil d’apprentissage de la lecture et de l’écriture, il traverse le temps et ses évolutions tel un miroir des sociétés. Enluminures, leçons de moralité, chaque époque lui impose son dogme.

Prenons-le comme le reflet de notre non rectiligne ligne éditoriale. Une lettre ou plusieurs, dans le désordre, sous forme littéraire ou visuelle libre selon le thème de chaque numéro.

Etymologie buissonnière

L’O R effleure l’étymologie d’un mot, ouvrant sur une interrogation, une réflexion autour de son origine et la valeur sociale de sa signification.

Landa poetica

L’O R fait place à la poésie.

Le lieu sujet

Un lieu où se niche un élément urbain, l’O R propose à un auteur de le décortiquer.

Des lieux et des liens

Le thème de la différence, L’O R s’y pose avec délicatesse. L’auteur nous apprend à vivre selon lui, sous son enveloppe physique ou psychologique différente.

Outre-terre

L’O R s’envole vers un cri lointain, celui de l’outrage des frontières, des conflits, de l’oppression.

Le livre sujet

Un livre sillonné par l’O R à la recherche d’une substance-idée et la dépose avec légèreté au creux du thème.

Allégorie indéfinie

L’O R présente une œuvre visuelle, plus qu’une image.

image

L’O R vous invite à l’insolite.

 

Territoire de dérision

Volonté de servir la cause du dessin de presse, celle de l’étendard de la liberté, l’O R accueille une caricature.

En roue libre

à vélo, en patinette, en patin à roulettes, en skate, l’O R  en quête de déplacements à visage humain.

 Interview

La parole est donnée, l’O R ou un autre volontaire, recueille les propos et vous les livre.

 

 

Un commentaire

Répondre à Chenet André Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s